Ignorer les commandes du Ruban
Passer au contenu principal
Banniere ENSP
Vous êtes ici : Ignorer les liens de navigationAccueil > ENSP - Activité

Activités

25/06/2018

​L’École Nationale de Santé Publique avec l'appui du Fonds des Nations Unies pour la Population organise le 25 juin 2018 à l’ENSP une Conférence-Débat et Focus - Rencontre d’experts Sous le thème "Système de Surveillance des Décès Maternels : Outil de réduction des décès évitables"

Conférence – Débat de 8H30 à 14H00 ouverte au grand public.

Focus –Rencontre d’Experts de 15H00 à 17H00, réservé et limité à 30 experts nationaux et internationaux. 

Affiche Programme Dépliant


​le Ministère de la Santé avec l’appui des Agences des Nations Unies notamment l’UNFPA et l’OMS, a introduit le Système de Surveillance des Décès Maternels (SSDM) comme outil de notification des décès et d’analyse des circonstances de ces décès à différents niveaux : local, régional et national. L’objectif est la reddition de comptes, la lutte contre les iniquités et de mettre fin aux décès maternels évitables.

Ainsi, dans le cadre des stratégies nationales d’accélération de la réduction de la mortalité maternelle 2008-2012 et 2012-2016, il a été conçu et mis en œuvre en 2009 un SSDM s’articulant autour de deux méthodes d’investigation; l’audit confidentiel pour les décès dans les établissements de santé et l’autopsie verbale pour les décès à domicile. Apprécié comme une mesure importante pour obtenir l’information et améliorer la gouvernance du programme de lutte contre la mortalité maternelle, il a été redynamisé en 2015 par la collaboration avec le Ministère de l’Intérieur (base de données de l’état civile). A ce jour, trois rapports d’enquêtes confidentielles (2009, 2010 et 2015) ont été produits .

Néanmoins, le SSDM est confronté à deux défis majeurs : l’incomplétude des données (sous-notification des décès maternels) et l’insuffisance de leurs utilisations pour une action de santé publique. Le problème, ne réside pas uniquement dans le recensement du nombre de décès maternels mais aussi dans l’analyse et l’interprétation des données produites et surtout dans l’action qui est décidée sur la base de l’analyse. Afin d’accompagner la période du post 2015, le Ministère de la Santé a engagé en 2016 un processus de redynamisation de la surveillance des décès maternels en ordonnant la création d’une unité nationale de surveillance de la mortalité maternelle.


Objectif de la conférence-Débat

La conférence se veut une instance d’analyse et de réflexion pour améliorer la performance du SSDM du Maroc.

De meilleurs résultats sont enregistrés* ; le chemin reste long mais non impossible pour atteindre l’objectif du développement durable (ODD) 3 à l’horizon 2030 et dont les deux premières cibles sont une accélération de la réduction de la mortalité maternelle et néonatale ; faire passer le ratio de mortalité maternelle au niveau mondial au-dessous de 70 pour 100 000 naissances vivantes.


Eléments de discussion (Conférence-Débat)

• Mise en oeuvre du SSDM du Maroc, où en sommes-nous et quelles perspectives ?

• Les causes et les circonstances des décès maternels identifiées ; quelle alternative ?

• Comment rendre la collecte et l’utilisation de l’information plus efficaces ?

• Pierre angulaire : sages-femmes et agents des bureaux de l’état civil, quelle implication ?

• Quelles bonnes pratiques sont induites suite à l’implantation de cet outil ?

• Quel type de plaidoyer pour les décideurs ?

Eléments d’expertise (Focus-Rencontre d’experts)

Politique, stratégie, gouvernance, notification, examen des cas de décès maternels, analyse des données, diffusion des résultats : Comment améliorer la mise en œuvre du SSDM à travers ces dimensions ?


Ecole Nationale de Santé Publique, Rue Lamfadel Cherkaoui, Madinat Al Irfane, Rabat BP-6329
Tel et Fax : 05 37 68 31 62 / 05 37 68 31 61, Email : ensp@sante.gov.ma